facebook mabiala
myspace mabiala
39 ème festival de la bande dessinée d'Angoulême
2012-01-28
"Mon souhait est que tout le monde prenne en exemple Petit-Jacques comme un petit héros malin... Il faut qu’on se retrouve dans un univers, dans une base, que les gens puissent se reconnaître". Extrait de l'interview d' Alfred Jocksan (France Antilles
La BD des îles fait des bulles à Angoulême.

« Que les Antillos-Guyanais aient un héros de BD de chez eux ! »
« Je pensais que ce serait la diaspora qui s’intéresserait à Petit-Jacques. À ma grande surprise, je constate que les aventures de Petit-Jacques concernent un peu tout le monde », se réjouit Alain Mabiala, dessinateur guadeloupéen, auteur de la série du même nom. « Ce Petit-Jacques est un petit négropolitain que j’ai lancé quand je me suis rendu compte que les Antillo-Guyanais n’avaient pas des petits héros dans le monde de la bande dessinée. À chaque fois que j’avais l’occasion de demander à un petit de chez nous quel était son héros dans la BD, il me répondait Astérix, Tintin et Milou… C’est au dernier salon du livre de Paris que je me suis rendu compte que mon Petit-Jacques avait du succès. Il donnait un autre aspect du petit noir, dans un monde ludique. Son plus, c’est qu’il arrive à manger local ! Moi, je suis assez content. Mon souhait est que tout le monde prenne en exemple Petit-Jacques comme un petit héros malin en Guadeloupe, en Martinique, en Guyane et à la Réunion. Il faut qu’on se retrouve dans un univers, dans une base, que les gens puissent se reconnaître. Aujourd’hui, le fait que les gens s’en emparent et pas seulement les Antillo-Guyanais, ça me réconcilie avec le conte. Dans les contes antillais, il y a un aspect pédagogique qu’il faut prendre en compte. C’est un Petit-Jacques qui a tout compris, un Petit-Jacques d’avenir. »

Alfred Jocksan (agence de presse GHM)